Introduction à la thérapie ACT

Introduction à la thérapie d’acceptation et d’engagement

Hayes et son équipe (1999), qui sont reconnus comme les fondateurs de ACT, ont souligné l’importance d’encourager l’action afin de redonner un sentiment de contrôle à l’individu. Cette stratégie est proposée comme une alternative aux tentatives de diminution de l’intensité des vécus intérieurs désagréables mis en place spontanément par les patients et s’exprimant le plus souvent par l’évitement. ACT a pour objectif d’agir sur les processus du langage à l’origine de l’évitement expérientiel afin de développer la flexibilité psychologique des individus (Hayes, Pistorello & Levin, 2012). ACT émane de plusieurs sources, dont la théorie des cadres relationnels et le contextualisme fonctionnel, tout en s’inscrivant dans la troisième vague des TCC (Monié, 2017, Seznec, 2019). A l’heure actuelle, la thérapie ACT démontre son efficacité pour le traitement de nombreuses difficultés allant de troubles sévères comme la schizophrénie à des interventions pour améliorer la qualité de vie au quotidien (Hayes et al., 2006 ; Zhang, Leeming, Smith, Chung, Hagger & Hayes, 2018). Monestès et Villatte (2011) décrivent le modèle ACT comme évolutif et susceptible d’intégrer des pratiques émanant d’approches différentes, notamment en raison de son ancrage dans une philosophie a-ontologique  dont le principe peut être résumé ainsi : « rien n’est vrai dans l’absolu, tout dépend des buts qu’on souhaite atteindre » (p.4). Ces auteurs définissent les objectifs fondamentaux de l’ACT ainsi « :

 

  • Aider le patient à agir davantage en adéquation avec les valeurs qu’il a choisies
  • Aider le patient à accroître sa flexibilité psychologique vis-à-vis de ses émotions, de ses pensées, de ses souvenirs et de ses sensations, et ne pas chercher à les supprimer ou à en atténuer la portée si cela l’éloigne de ses valeurs » (pp.190-191).

 

Schoendorff, Grand & Bolduc (2011) décrivent la flexibilité psychologique comme : « la capacité de pouvoir agir de manière souple pour avancer en direction de ce qui est important, même en présence d’obstacles intérieurs et extérieurs » (p. 15). La flexibilité psychologique est garante d’une adaptabilité dans des contextes et situations variés. Le modèle ACT repose sur six processus psychologiques représentés ci-dessous par l’Hexaflex (Figure 1). Ils ont tous pour but de favoriser la flexibilité psychologique (on retrouve l’Hexaflex par exemple dans Seznec, 2019 ; Monestès & Villatte, 2011 ; Hayes, Luoma, Bond, Masuda & Lillis, 2006, ainsi que dans bien d’autres ouvrages et articles sur la thérapie ACT avec d’infimes variations).

Modèle psychologique: L’Hexaflex

Ces six processus peuvent être définis brièvement ainsi (Monestès, 2016, p. 89) :

  • L’acceptation est la capacité à rester en contact avec des expériences psychologiques aversives sans essayer de les contrôler ou de les éviter.
  • La défusion cognitive est une forme de distanciation avec les pensées afin de les voir pour ce qu’elles sont, de pouvoir adopter différents points de vue.
  • Le contact avec le moment présent est une sensibilité avec ce qui se passe dans l’instant présent (pensées, émotions, sensations corporelles).
  • Le soi comme contexte est la capacité à changer de perspective sur soi et sur le monde. Monié (2018) parle de la possibilité de : « prendre conscience que nous sommes le contexte d’apparition de nos pensées, sensations et émotions, au lieu de penser en être l’auteur » (p. 244).
  • Les valeurs correspondent à une perception claire de ce qui est valorisé par un individu.
  • L’action engagée est la capacité d’agir en direction de ce qui est valorisé.

 

Bibliographie

Hayes, S. C., Pistorello, J., & Levin, M. E. (2012). Acceptance and commitment therapy as a unified model of behavior change. The counselling psychologist, 40(7), 976-1002.

Hayes, S. C., Luoma, J. B., Bond, F. W., Masuda, A., & Lillis, J. (2006). Acceptance and commitment therapy : model, processes and outcomes. Behaviour Research and Therapy, 44, 1-25.

Hayes, S. C., Strosahl, K. D., & Wilson K. G. (1999). Acceptance and Commitment Therapy : An experiential Approach to Behavior Change. New-York : Guilford Press.

Monestès, J-L. (2016) La flexibilité psychologique : un méta-processus responsable des difficultés psychologiques. In J-L. Monestès et C. Baeyens (Eds.).  L’approche transdiagnostique en psychopathologie : Alternative aux classifications nosographiques et perspectives thérapeutiques. Paris: Dunod.